« Fenêtre.s » Texte de Stéphan Mary, interprété par Le zèbre slam

Ce texte a gagné le concours francophone de « La bataille des 10 mots » du Ministère de la Culture dans la catégorie vidéo résultat1

et le concours de « Slam moi dix mots en vidéo » 2019 avec le mot cursif

Fenêtre.s

La fenêtre est trois

Inconscience subconscience et conscience

Trois fenêtres dans le regard du fou enfermé dans la cécité de son espérance

Fenêtres en mouvements cursifs

Rapides expressifs

Cadre explosé de fureur et de désespoir

Pas d’ouverture et peu d’espoirs

Cette fenêtre sera définitivement close

Opaque

Goût acre

 

Fenêtre non pas fenêtre mais miroir de la désespérance

Instinct de survivance

 

Souvenir d’une fenêtre il y a longtemps

Le temps qui ne donne pas de temps au temps

Quatrième étage Petit rebord Chaise sous la fenêtre

Sourire d’un peut-être

 

Sur la chaise l’enfant grimpé teste la solidité des carreaux

Tapotant par mouvements cursifs la gamme d’un et si sol si do

 

Fenêtre de l’inconscience du danger

La pluie hivernale assombrit la visibilité

Fenêtre ouverte Fenêtre qui renvoie le rire de l’enfant qui fait de la buée

Fenêtre bonheur

Fenêtre sans peur

 

Fenêtre insupportable pour l’autre enfant

Enfant aveugle de naissance

Cécité mais sens du touché sur-développé

L’aveugle ressent la pluie en a conscience

 

La chaise pour atteindre cette fenêtre, celle-là même qu’il ne verra jamais

Il se saisit des jambes du petit frère, le soulève par-dessus le cadre en bois

Le cadre gémit sous le poids

Le vent s’est levé

Le vent a tourné

L’enfant bascule de la chaise

Illusion d’une vision

Pour l’enfant né dans la nuit noire du restant de sa vie

Sans espoir

Prends la fenêtre de droite dans sa main droite, maintient la gauche,

Touche le loquet

Fenêtre refermée

Larmes oppressantes hoquetées

Trousseau de clés pour fenêtres jusque là fermées

Sans concession

Dans l’appréhension de l’extérieur

Fenêtres de la nuit noire qui lui fait peur

 

Fenêtres haïssables d’un cri poussif

Ecriture cursive d’un amour passif

Tracé d’une mémoire qui meugle

Le malheur d’un enfant aveugle

Texte déposé Novembre 2018

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s