Je n’ai qu’un seul dieu

Eden Golan, cinquante ans, professeure israélienne, s’efforce de conserver ses idéaux de gauche. Shirin Akhras, vingt ans, étudiante palestinienne, aspire à mourir en martyre. Mina Wilkinson, quarante ans, militaire américaine, est engagée aux côtés des forces israéliennes dans la lutte contre le terrorisme. Dans un an, dix jours et huit heures, ces trois femmes seront sur les lieux d’un même attentat, à Tel Aviv.

Comment aborder l’actualité la plus brûlante sans en réduire la complexité ? Stefano Massini se sert de son art du récit. Dans Femme non-rééducable, il retraçait le parcours de la journaliste russe Anna Politkovskaïa jusqu’à son assassinat. Dans Je crois en un seul dieu, il entremêle les paroles de trois femmes très proches géographiquement et très éloignées idéologiquement, pour nous offrir trois points de vue sur une même réalité.

Trois femmes jouées par une seule actrice. Un défi pour Arnaud Meunier qui signe sa troisième mise en scène d’une pièce de Stefano Massini. Pour interpréter les trois facettes de ce texte haletant, il fait appel au talent de Rachida Brakni.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s