Humanité

Le cri Munch

Là où le sol n’est que béton

Il n’y a plus que seul goudron

Ruisselant rouge de notre sang

Sang coule sans aucun sentiment

Aéroport avions Bruxelles

Hommes avec gants noirs qui harcèlent

Hurlent leurs convictions stop le temps

Temps de trop de ressentiments

Ils ont tués

L’Humanité

L’urbanité

Modernité

Là l’homme est déshumanisé

Haïssent notre modernité

Sur Bruxelles il a trop draché

Des larmes rouges ensanglantées

Carmin a dégueulé la rue

Dans le métro le noir s’est tu

Ils ont hurlé leur Dieu est grand

Très présents les cris d’un enfant

Ils ont massacré

L’Humanité

L’urbanité

Modernité

Qu’on ne parle pas d’anarchie

Mode de pensée sans hiérarchie

Au nom d’un Dieu et de leurs maitres

Ont dynamité sans peut-être

On les dit radicalisés

Surtout fascistes de la pensée

Ceintures d’explosifs sans merci

Atrocités parjures aussi

Ils ont massacré

L’Humanité

L’urbanité

Modernité

Charlie Hebdo et Bataclan

Les armes retentissent en claquant

Bruxelles Maelbeek font exploser

Ce qu’ils haïssent la liberté

Mais nous enterrerons nos morts

Et respirerons l’air du dehors

Jamais nous ne nous tairons

Jamais ils ne nous vaincrons

Notre liberté

Urbanité

Modernité

Humanité

Stéphan Mary_Texte déposé

Tableau de Munch « Le cri »

2 réflexions sur “Humanité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s